Mali : Contre l’augmentation du prix de la farine : Les boulangers en grève dans certains quartiers de Bamako

Mali : Contre l’augmentation du prix de la farine : Les boulangers en grève dans certains quartiers de Bamako

Pour des causes variables, la pénurie de pain se fait, depuis le lundi 1 février, sentir dans la ville des trois caïmans, capitale malienne. Situation peu confuse, en ce sens que si certains boulangers de Bacodjironi Golf et tant d’autres quartiers ont décrété trois jours de grève, d’autres continuent de travailler régulièrement, et sans gêne.

« Nous sommes en grève. Parce que le prix d’un sac de farine a augmenté. Auparavant, un sac de farine coûtait 17000f. Peu après, nous avons constaté que ce prix avait atteint 18500f.Aujourd’hui, nous sommes à 18500F par sac de farine », explique Moussa Dao, gérant de la boulangerie pâtisserie Binké de Baco-djicoroni.

A notre arrivée, nous avons constaté que toutes les portes étaient fermées. Excepté celui-même à l’intérieur du bâtiment, personne d’autre n’est présente dans la cour de la boulangerie Pâtisserie Binké. Pour expliquer les motifs de cette grève qui se poursuit jusqu’à ce mercredi, M.Dao laisse entendre « Les gens sont obligés d’augmenter le prix des pains, vu que celui de la farine a connu d’augmentation ».

Vendeur de café, Amadou Sakiliba se voyait, ce lundi 1 février, carrément dans l’impossibilité de servir des gens qu’il servait depuis près de deux ans. « Oui, je confirme que les boulangers sont en grève. Le motocycliste qui me ravitaille en pains m’a précisé qu’ils sont en grève de trois jours à compter ce lundi. D’ailleurs, il m’a suggéré d’aller à la boulangerie pour pouvoir obtenir les pains à vendre », argue Amadou que nous avons trouvé assis devant la boutique d’un autre jeune.

Quant au prix de pain, M. Sakiliba n’a pas manqué de détails : « Avant cette histoire de grève, je payais 200F pour avoir un seul pain avec le motocycliste qui me fournit. Mais maintenant, on veut ramener ce prix à 275. Mon oncle qui fait le même job que moi dit avoir acheté un seul pain à 300F dans une boulangerie ». Suivant les propos du jeune commerçant « il vaut mieux d’arrêter de travailler que d’accepter le pain à 275 ou 300F avec les motocyclistes qui nous transportent ces pains des différentes boulangeries. Parce que nous les revendeurs perdront simplement, et les gens du quartier ne vont pas accepter de payer lesdits pains ».

(Visited 10 times, 1 visits today)

Articles Simulaires

Comment (1)

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *