Le CSLC ( conseil supérieur de la Liberté de communication ) de Phillipe Mvouo remet le Préfet de la Likouala à sa place.

Le CSLC ( conseil supérieur de la Liberté de communication ) de Phillipe Mvouo remet le Préfet de la Likouala à sa place.

Dans une délibération adoptée le vendredi 26 Juin 2020, à Brazzaville, sous la direction de Philippe Mvouo, le CSLC (Conseil Supérieur de la Liberté de Communication) demande au Gouvernement de retirer la note de suspension prise par le Préfet de la Likouala contre Paul Fulmos Atongui-Ndinga, correspondant de Radio-Congo et Directeur de Radio et Télé Likouala: extrait:

Considérant que le Conseil Supérieur de la Liberté de Communication a pour missions, entre autres, de veiller au bon exercice de la liberté de l’information et de la communication, de suivre les médias et d’assurer leur protection contre les menaces et les entraves dans l’exercice de leur fonction d’information libre et complète ;
– Considérant qu’en date du mercredi 17 Juin 2020, Monsieur Paul Fulmos ATONGUI NDINGA a rapporté des informations au journal de 19h de Radio-Congo, rediffusées le Jeudi 18 Juin aux éditions de 13h et 15h de la même Radio et que ces informations portaient d’une part sur une éventuelle arrivée dans le Département de la Likouala du Ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, et d’autre part sur la cérémonie de remise symbolique d’une contribution financière de 50.000 F CFA du chef de la Tribu Mbondzo à l’Association « Bana Mboka » pour la construction du Lycée d’Epéna ;
– Considérant que ces faits relatés par le Journaliste ne constituent aucunement
une infraction au Code d’Ethique et de Déontologie des professionnels de
l’information et de la communication ;
– Considérant qu’à la suite de la diffusion de ces informations sur les antennes de Radio-Congo, le Journaliste a été convoqué par le Préfet, à une réunion, jeudi 18 juin, à 10h, à son bureau, au cours de laquelle ce dernier lui reproche d’avoir, d’une part, annoncé l’arrivée, dans la Likouala, du Ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, alors que, selon lui, cette
prérogative relève du Préfet, et d’autre part couvert la cérémonie de remise de
la contribution financière du chef de tribu Mbondzo à l’Association Bana
Mboka ;
– Considérant qu’à la suite de cela, le Préfet a proféré des menaces, par des propos désobligeants, à l’endroit du journaliste et ordonné son arrestation par la Police, suivi d’une décision de suspension ;
– Considérant qu’après l’avoir entendu sur procès-verbal, le Directeur Départemental de la Police, ne trouvant aucun motif justifiant la détention du Journaliste, l’a remis en liberté ;
– Considérant la récurrence des décisions abusives du Préfet sur la presse dans la Likouala,
La plénière du Collège des Membres du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication:
1- Relève que le journaliste Paul Fulmos ATONGUI NDINGA, correspondant de Radio-Congo et Directeur de Radio Télé Likouala n’a commis aucune faute professionnelle ;
2- condamne, fermement, l’abus de pouvoir ostentatoire et les instructions données par le Préfet de la Likouala, M. Gilbert DJOMBO BOMONDJO, au Correspondant de Radio-Congo, Directeur de Radio Télé Likouala, dans l’exercice de son métier de journaliste;
3- demande au Gouvernement d’annuler purement et simplement la note de service n°015/MID/DL/P/Cab du 19 Juin 2020, relative à la «suspension pour insubordination notoire à l’autorité hiérarchique»prise par le Préfet de la Likouala à l’encontre du Journaliste Paul Fulmos ATONGUI NDINGA, car celle-ci n’a aucun fondement juridique et porte atteinte à l’Article 6 alinéa 2 de la Loi n°4-2003 du 18 janvier 2003 déterminant les missions, l’organisation, la composition et le fonctionnement du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, qui dispose que le Conseil a pour
mission de : « suivre les médias et assurer leur protection contre les menaces et les entraves dans l’exercice de leur fonction d’information libre et complète » et au Code d’éthique et de
déontologie des professionnels de l’information et de la communication qui, dans son article 13, demande aux Journalistes de préserver leur indépendance, en refusant toute pression et en n’acceptant d’instructions que celles de leur hiérarchie rédactionnelle.

Congo Tribune

(Visited 5 times, 1 visits today)

Articles Simulaires

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x